Les artistes sont impatients de voir enfin le Grand Théâtre de Casablanca ouvrir ses portes. Ils piaffent de mettre en valeur leurs créations dans ce bel écrin. Mais jusqu'à présent, black out total sur ce chantier qui s'éternise... Explications.

 

Le Grand Théâtre de Casablanca devrait, en principe, être livré fin mars prochain.

Après avoir prévu sa livraison en septembre 2018, le maître d'ouvrage, Casa Aménagement, a annoncé cette nouvelle date via son site Internet.

En attendant, et pour ne rien changer à la donne, aucune information ne filtre sur le spectacle d'inauguration de cette ouverture tant attendue, devant laquelle s'impatientent aujourd'hui plusieurs acteurs culturels de la métropole.

Contacté à plusieurs reprises par Le360, le directeur de Casa Aménagement, Driss Moulay Rachid, ne répond plus à nos sollicitations.

"C'est le black out total", affirme cet acteur culturel, également contacté par Le360, et qui préfère garder l'anonymat.

Pourtant, l'ouverture de cet espace, un vrai bijou architectural signé par le tandem Christian Deportzamparc et Rachid Andaloussi, est très attendue.

Plusieurs artistes de tous bords, des troupes de théâtre, des musiciens, des chorégraphes, très actifs aimeraient y montrer leurs créations.

C'est d'ailleurs ce que confirme Mehdi Laraki, président de l'association des entrepreneurs des spectacles vivants (AMESVI).

Interrogé par Le360, ce dernier annonce qu'un courrier a été adressé conjointement, voici trois semaines, au wali de Casablanca, au patron de Casa Aménagement, ainsi qu'au maire de la ville.

Principale requête formulée dans cette lettre: demander des éclaircissements quant à l'ouverture effective de ce grand théâtre, et avoir une idée sur le type d'activités qui y seront proposées. 

"Nous nous sommes présentés, expliqué qui nous étions et nous avons soutenu que nous [les artistes membres de l'AMESVI, Ndlr] sommes prêts à proposer plusieurs spectacles pour enrichir la programmation du Grand Théâtre".

Une programmation qui reste pour l'heure une donnée virtuelle. Idem pour le directeur artistique du théâtre.

Tout porte donc à croire qu'à quelques jours seulement de sa mise en service annoncée, ce Grand Théâtre casablancais pourrait se transformer en une simple coquille vide, et connaître le même sort que celui de dizaines d'espaces culturels de la ville. A moins d'un sursaut...

le360